Portrait d’artiste : A.I.L.O se prononce Hello


_fl78951

Light Motion. Sculpture, vidéo mapping. Sept 2016. Résidence Ville d’ Arles/Ateliers Fourwinds

BIOGRAPHIE

Née en 1981, je suis artiste plasticienne depuis dix ans, après avoir eu une carrière de comédienne (1993-2004). Autodidacte, j’ai approfondi certaines techniques lors de différentes formations :

-Travail d’enduit traditionnel Tadelakt. (2006 Marrakech, Maroc) -Mosaïque de marbre (2007, Ravenne, Italie)
-Modelage, sculpture plâtre, béton cellulaire (Atelier de Paris 2008) -Résines et matériaux composites (Port de Bouc, 2009)

Dès le départ, j’ai commencé avec la volonté de créer pour l’espace urbain. C’est avec différentes mairies du sud de la France que j’ai réalisé mes premières œuvres urbaines, entre 2012 et 2015,

L’impact du soleil sur mes sculptures pour des projets en extérieur a été un véritable déclencheur. Aujourd’hui, je me rends compte que peu importent les techniques que j’ai utilisées jusqu’ici, il n’a toujours été question que d’une chose : la lumière.

C’est là qu’est née A.I.L.O  : Atelier d’Immersion Lumineuse et Obscure.

Cette entité créatrice se prononce « hello ». J’aime ce jeu avec le mot  « bonjour », C’est celui qui initie la rencontre. C’est comme si je voulais ramener mon travail à un acte très simple et essentiel à la fois, comme le simple fait de dire bonjour à la personne en face de nous.  Ceci montre aussi que le spectateur a une part importante dans mon travail. C’est une façon de lui rendre hommage.

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

La lumière

A.I.L.O, née en 2014, est dédiée à cette recherche sur la lumière ; essayer de contrôler cet élément impalpable est fascinant. jouer sur les contrastes en passant d’ambiances très lumineuses à une obscurité construite. La lumière est comme sculptée. En la faisant entrer en interaction avec des sculptures, je recherche l’immersion. Ensuite il y a le dialogue des matières : l’acier qui rencontre la lumière et qui soudainement crée l’ombre. Cela devient une chorégraphie.

Voir la manière dont l’espace peut se retrouver envahi par l’œuvre est chaque fois une surprise.

Passionnée par l’art cinétique, je suis fascinée par la lumière, Elle a un véritable pouvoir d’attraction sur moi. Rendue mouvante, grâce à des procédés numériques et mécaniques, elle donne vie à mon travail. À ce moment-là, je me sens comme une enfant face à un nouveau monde.

Interactivité

L’aspect ludique et interactif a également une part importante dans mon travail, j’adore voir un enfant au milieu d’une de mes installations. Ils ont toujours une sorte de ressenti instinctif que l’on perd souvent en grandissant et qui est très beau à voir. C’est un de mes enjeux quand je travaille : rester instinctive, ne pas intellectualiser, garder une forme de naïveté.

Processus de travail

Mon travail commence d’abord par une période de création de prototypes en carton gris. Mon point de départ, c’est la ligne, pour aller ensuite vers des formes géométriques très épurées. Raison pour laquelle je me sens proche de l’abstraction construite. C’est dans un second temps que j’intègre la lumière. Comment avec un simple faisceau lumineux on peut transcender une œuvre ? C’est ce qui me fascine et m’obsède.

Collectif

Une fois mon projet en tête, le collectif entre en jeu. En collaborant avec des experts techniques aux spécificités différentes A.I.L.O peut voir grand et s’ouvrir notamment aux arts numériques. Selon les projets, je fais appel à différents talents pour toute la technique que mes projets requièrent. Faire bouger une ampoule n’est pas si simple ! Cela demande des connaissances en électronique et de créer un mécanisme spécifique. Même si j’aime apprendre encore et toujours de nouvelles techniques, me spécialiser dans tous ces domaines me prendrait plusieurs vies. De plus, travailler en groupe est naturel pour moi. Venant du théâtre, j’ai toujours adoré le côté troupe. Par nos échanges et nos savoirs différents, nous nous complétons dans le but d’offrir l’œuvre la plus porteuse d’émotion possible. C’est pour cela que je signe sous le nom de cette entité, Même si cet univers sort de ma tête, l’énergie humaine nécessaire pour qu’une œuvre soit finalisée va bien au-delà de ma personne.

Arts numériques

Toujours liée à cette notion de mouvement et d’interactivité, la vidéo projection prend une part de plus en plus importante dans mon travail et permet de multiples jeux d’optiques ; toujours en association avec des sculptures. En complément de techniques analogiques elle permet d’approfondir ma recherche de l’immersion.

Rythmes

La lenteur des mouvements donnée aux installations est très importante. Cela demande, c’est vrai, une certaine disponibilité du spectateur car il faut rester plusieurs minutes devant l’œuvre pour voir son évolution. On m’a d’ailleurs dit une fois : « Vous devriez appeler votre œuvre : Patience. Pour finir en disant « Mais ça valait le coup. » Je comprends tout à fait cette réaction, Il a sûrement dû m’arriver, en tant que spectatrice, de passer à côté d’œuvres parce que je n’étais pas assez disponible. Mais je vois cette lenteur comme un moyen de sortir du quotidien. Elle demande au spectateur de se poser pour se mettre au rythme de l’œuvre, de s’y immerger.

.

DATES CLÉS

Septembre 2016
Résidence Ateliers Fourwinds, Aureilles (13) Financée suite à un appel à projet de la ville d’Arles en vue d’une exposition en 2017.

Exposition collective 1-23 Octobre 2016

Installation « Light Cube »
Festival d’art contemporain « Parcours de l’art » Église des Célestins. Avignon (84)

À venir en 2017

Expositions Collectives

Du 27 janvier au 3 février
Prix Icart / Artistik Rezo : Prix jeune création pour l’art contemporain, Centre Artasia, Paris (75)

Du 25 février au 5 mars
Thèm’Art #5 Frontières, Complexe Gérard Philippe. La Garde (83)

Juin
Galerie le passage de l’art, centre d’art contemporain. Drac Paca. Marseille (13)

Résidences

Du 2 février au 2 mars
Résidence / Atelier Ouvert. Soutien ville d’Arles. Chapelle Sainte-Anne, Arles (13).

Mars
Résidence/ Ateliers. ARL 2017, L’art Renouvelle le lycée.
Collège le Ruissatel, Lycée Marcel Pagnol.
Galerie le passage de l’art, centre d’art contemporain, Drac Paca. Marseille (13)

Septembre –Décembre (Dates à préciser)
Résidence de production Maison de la Tour-Le Cube, Valaurie (26)

Expositions personnelles

Avril/Mai
ARL 2017. Collège le Ruissatel, Lycée Marcel Pagnol.
Galerie le passage de l’art, centre d’art contemporain. Drac Paca. Marseille (13)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *