Lola Casamitjana


Je suis née dans une ville magnifique, nichée près d’un lac au creux des montagnes, en Haute Savoie. J’ai encore, fixées dans ma rétine, des centaines d’images qui ont marqué l’enfant que j’étais : les reflets de l’eau en été, les montagnes enneigées… Je me souviens encore m’être dit qu’il faudrait inventer un moyen d’enregistrer exactement ce que je voyais, comme un bouton au coin de l’œil sur lequel je pourrais appuyer à tout moment. C’est peu après que j’ai découvert l’appareil photo et ses possibilités. Je me suis amusée un peu, sans approfondir, frustrée que la machine n’enregistre pas exactement ce que je voyais.

Souvenir d'enfance - Annecy, 2013

Souvenir d’enfance – Annecy, 2013

L’année de mes 17 ans a marqué un tournant dans ma vie et, à travers le voyage, m’a permis de renouer avec la photographie. Mettant ma scolarité entre parenthèses, je suis partie en Inde pendant 2 mois puis aux États Unis 3 mois – un appareil photo dans mon sac à dos.

En Inde, au-delà des paysages, ce sont les rencontres qui m’ont touchée – visages marqués par la vie, sourires bouleversants, saris colorés, animaux qui s’invitent à la porte… Je suis rentrée bouleversée par ce pays, marquée à vie par cette culture, par cette lumière dans le cœur et les yeux des Indiens. Aux États Unis j’ai découvert le désert. Le paysage déchiré, les cactus parsemant la terre brulée, le ciel empli d’étoiles – la dureté des lieux et leur beauté.

De ces deux voyages je suis revenue changée; emplie d’images mais surtout, dans mon cœur, la certitude qu’il fallait que je poursuive cette découverte du monde et de l’autre à travers la photographie.

De là, la photographie ne m’a plus quittée, de Bruxelles à Montpellier où j’ai validé un BTS photographie, en passant par San Francisco, et Paris où j’étudie aujourd’hui. Au fil des années, et à travers mes stages, j’ai appris à travailler et à regarder différemment. J’ai approfondi ma maîtrise du développement et du tirage argentique en laboratoire, et me suis découvert un réel goût pour cette manière de photographier : prendre le temps de voir, de construire, de capturer, de développer et finalement, de tirer.

Through the window, Montpellier, 2014

Through the window, Montpellier, 2014

En tant qu’assistante d’une photographe à San Francisco, travaillant principalement en studio, j’ai exploré la question de la lumière et de la retouche numérique. J’ai appris à sculpter le corps par la lumière et à créer de l’art en essayant, non pas de représenter la réalité, mais de faire ressortir la beauté par la retouche.

Dream vs nightmare, fashion photoshoot - San Francisco, 2013

Dream vs nightmare, fashion photoshoot – San Francisco, 2013

La licence d’arts plastiques m’a ensuite permis d’explorer de nouveaux domaines, ou d’en retrouver certains, oubliés. Ainsi, j’ai recommencé à écrire, écrire pour l’autre, écrire pour partager. J’ai retrouvé mes poèmes d’enfant avec bonheur et ré-appris à créer, avec une autre maturité.

« …Mais la vieille dame avait disparu et elle continuait sa route. Dans ce matin d’hiver, le froid s’insinuait partout. Tournant le coin de la rue elle frôla un homme adossé au mur, clope au bec. Elle se retourna pour s’excuser, croisant son regard, elle y lut alors une autre poésie. Plus profonde, plus sombre et plus effrayante peut-être. Ses yeux lui parlaient de rage et de haine, de douleur aussi. Elle resserra son manteau autour d’elle, cherchant à empêcher le froid de pénétrer sous sa peau et se détourna… »1

Mon travail aujourd’hui consiste à allier écriture et photographie, à chercher un équilibre qui permette à la force évocatrice du mot de s’épanouir en l’alliant à la poésie des images, à leur vérité, ma sensibilité. Nous sommes si habitués à illustrer, ou légender, que mettre image et mot à égalité est un challenge, challenge que je m’efforce de relever. Mes projets me permettent d’en explorer les possibilités. Selon les cas, je travaille en argentique ou en numérique. Le mot peut être écrit, lu ou entendu et enregistré. Les formes varient mais le cœur de la recherche reste le même.

Mon but est de partager une vision ouverte sur un monde, pour moi, transcendant de beauté. Nous sommes trop habitués à voir ce qui ne va pas, ce qu’il faudrait changer. Nous nous concentrons sur ce qui nous rend malheureux, oubliant de remarquer que nous sommes entourés de personnes comme nous, chacune d’une beauté singulière nous ramenant à notre propre beauté, trop souvent négligée.

2012 – Who are we when we do what we love?

Cette série de photographies en noir et blanc présente des portraits d’hommes et de femmes absorbés dans leur passion. Le cadrage ne permet pas de savoir ce qu’ils sont en train de faire. Seuls sont visibles leurs visages, leurs expressions, la lumière dans leurs yeux. Mon souhait était, d’abord, de révéler au spectateur ce à quoi il ne fait habituellement pas attention –  le visage d’un violoncelliste, l’expression d’une coiffeuse, le regard du peintre etc. Avant tout, détourner l’attention du spectateur de la question « que » fait la personne pour l’attirer sur le « qui ». Essayer de toucher, en capturant ce moment précis où la personne absorbée s’oublie. Et, peut-être, permettre au spectateur de retrouver une part de lui dans ces « autres ».

Dans ses pas

Dans ses pas

2014-2016 – Dans ses pas

Ce projet est constitué d’un texte et de photographies, créations originales. Le texte est lu par le comédien Thomas Bouyou, les images sont présentées en diaporama. Il sera exposé en Janvier dans l’exposition « Visions Urbaines ». À travers ce projet, je souhaitais partager avec le spectateur mon regard personnel sur la ville. Lui permettre de s’attarder sur ses possibilités infinies, ces vies innombrables qu’il croise et transforme peut-être et oublie certainement. Lui permettre de voir à travers mon regard, le temps de la présentation, la ville qu’il sillonne souvent sans la voir.

Livre Mains Tenant

2015 – Livre Mains Tenant  (en collaboration avec la dessinatrice Doriane Bekkouche)

Suite à un cours sur la littérature jeunesse j’ai eu l’idée de créer un livre pour enfant alliant histoire poétique et illustrations d’un genre nouveau (photographie et dessins). Le lecteur suit le regard et l’imaginaire d’une petite fille dans une découverte de sa famille et d’elle-même à travers les mains.

2015 – Projet en cours de réalisation – Tatoués

Ce projet, dernière évolution de ma réflexion et de ma manière de travailler, est encore en cours de réalisation. Il rassemblera une série de photographies présentant des portraits de personnes tatouées, des nus en couleurs photographiés en studio, accompagnées d’extraits d’interviews des modèles. L’idée est de s’intéresser à l’identité du tatoué plutôt que de montrer la dextérité de l’artiste qui l’a tatoué. Intégrer les tatouages comme éléments pour découvrir l’autre, comme témoins de son histoire, ses choix, son évolution. Encore une fois, mon souhait est de proposer d’aller à la rencontre de l’autre, passer par le tatouage et la photographie pour dépasser les barrières des codes et des apparences, pour toucher quelque chose de la vérité de la  personne et à travers elle, de nous-même.

Lola.

  1. Extrait de Dans ses pas, 2014

RETROUVEZ LOLA ET SA SÉRIE DANS SES PAS  DU 7 AU 17 JANVIER À L’OCCASION DE

VISIONS URBAINES

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *