La SODA Gallery – YIA ART FAIR


En parallèle de la FIAC (Foire Internationale d’Art contemporain) un autre salon d’art contemporain est organisé à Paris. Il s’agit de la 5ème édition du YIA (Young International Artists). Le lieu d’exposition, le Carreau du Temple, est à échelle plus humaine que le grand palais, et permet ainsi au visiteur d’apprécier un peu plus les œuvres, de part l’espace qui leur est réservé.

12132523_10207348883461500_8797979710713619550_o12186823_10207348883301496_9191556185785510503_o

J’ai particulièrement été sensible au stand d’une galerie de San Francisco, la SODA Gallery. En regardant les œuvres, on pense tout de suite aux courants artistiques de l’entre-deux-guerres.
Une des parties du stand, une table sur laquelle on retrouvait des œuvres dans des caissons, m’a interpelée, en partie par sa scénographie. J’en ai voulu en savoir plus. Je pensais juste m’adresser au galeriste, mais il s’agissait en fait de l’artiste elle-même, Lucia Tallová. En discutant avec elle, j’ai appris que la galerie vient de Slovaquie et qu’elle expose en ce moment quelques œuvres dans un Pop Up space de San Francisco, un ancien garage acheté par des amis new-yorkais qui ont décidé d’en faire un lieu d’exposition pour une certaine période.

12186731_10207348886821584_1554207746303581899_o

12182458_10207348885901561_2217056075126302293_o

Penchons nous donc sur l’ensemble d’œuvres qui m’a interpelé : See. Lucia aime la mer. Mais en Slovaquie, il n’y en a pas. Alors depuis son enfance, elle collectionne les cartes postales et photographies maritimes. Elle les encadre, les enferme dans des caissons, comme des sortes de bibelots évoquant des souvenirs qui, pourtant, ne lui appartiennent pas. Dans son travail, on trouve une pointe de tristesse, de nostalgie dues notamment aux techniques et à la gamme chromatique qu’elle emploie: l’encre noire, le sépia, le noir & blanc par exemple.

Elle me parle aussi d’une autre œuvre, qui elle, est d’une forte portée politique. Une production de Viktor Frešo. Il s’agit du portrait photographique de Václav Havel, auquel il ajoute une auréole. Ainsi, le premier président de Slovaquie, après la chute du communisme, est perçu comme symbole de liberté, de renaissance du pays. Cet entretien m’a aussi permis d’en apprendre davantage sur la scène artistique en Slovaquie, pays sorti du communisme depuis 30 ans seulement!

Julie.

Le site internet de la galerie

12186513_10207348883021489_5092207252199501130_o-2

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *