Silvère Jarrosson


Peindre n’a pas été ma vocation première.

J’ai commencé par être danseur. J’ai intégré l’École de danse de l’Opéra de Paris étant enfant. J’y ai suivi toutes mes classes, jusqu’au diplôme de danseur. Ces années de danse intensive ont été pour moi l’occasion d’apprendre la rigueur du travail artistique, et m’ont amené à réfléchir sur le mouvement et comment le rendre expressif (question fondamentale du danseur).

Nacre iridescente, acrylqiue sur toile, 55x46 cm, 2012

Nacre iridescente, acrylqiue sur toile, 55×46 cm, 2012

À 18 ans, une grave blessure m’a obligé à abandonner définitivement la danse. C’est alors que je me suis mis à peindre, une façon pour moi de continuer à danser autrement puisque ma technique met l’acrylique en mouvement.

Ma rencontre avec le peintre vénézuélien Wilmer Herrison a alors été décisive. En l’espace de quelques cours particuliers, il m’a aidé à concrétiser mes idées picturales naissantes. Aujourd’hui, à 21 ans,  je peins en autodidacte à Paris.

Guam, acrylique sur toile, 92x61 cm, 2013

Guam, acrylique sur toile, 92×61 cm, 2013

Je résume ma démarche artistique de la façon suivante :

Mon travail pictural se veut une représentation du monde dans sa globalité, sous différentes formes et à différentes échelles (aussi bien microscopique que céleste). Le monde bouge de façon hasardeuse et désordonnée, ce qui – à mes yeux – lui confère sa beauté et son éloquence. Sa manière de se façonner et de se mouvoir est irrégulière et imprévisible, évocatrice.

Coma (8), acrylique sur toile, 50x50 cm, 2013

Coma (8), acrylique sur toile, 50×50 cm, 2013

      

J’explore les possibilités expressives de l’acrylique mise en mouvement sur un support plan (toiles montées sur châssis). Les processus mis en action sur ma toile sont une reproduction sous une autre forme de ceux que l’univers met en oeuvre par ses mouvements : rotation des étoiles et des planètes, formation du lit des rivières, érosion des montagnes, déferlement des vagues, souffle du vent, croissances des cellules vivantes, etc. Ma méthode, qui se rapproche de l’action painting, est donc un hommage à l’aléa du mouvement spontané et à ce qu’il engendre. Je soumets l’acrylique aux forces désordonnées qui agitent le monde, le construisent et le déconstruisent. Chacun est invité à reconnaître dans mon travail le monde qui l’entoure.

Nébuleuse (2), acrylique sur toile, 100x100 cm, 2012

Nébuleuse (2), acrylique sur toile, 100×100 cm, 2012

        

En tant qu’ancien danseur, je suis convaincu que l’intérêt du mouvement dansé réside dans son expressivité, et en particulier dans des nuances subtiles qui en forment la richesse et lui donnent son caractère vivant. Mes oeuvres actuelles explorent le potentiel expressif des mouvements formés par les mélanges de couleurs, les courbes et les inflexions, les coulures et les torsions, les glissements et les étalements. Les mouvements de l’âme de chacun trouveront librement leur propre résonance où palpitent les rythmes vitaux qu’elles inspirent.

Massacre, acrylique sur toile, 70x50 cm, 2013

Massacre, acrylique sur toile, 70×50 cm, 2013

Silvère

(www.silvere.fr)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *